Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des communistes de Saran
  • Le blog des communistes de Saran
  • : Blog de la section du PCF de Saran (45)
  • Contact

Ancienne version du site

Pour accéder à l'ancienne version du site PCF Saran et pouvoir ainsi consulter toutes les archives, cliquez sur le lien suivant :

Ancien site PCF SARAN

Recherche

28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 15:07

pierre laurent 2

 

 

Monsieur le président de la République,


Le sommet européen des 28 et 29 juin auquel vous vous apprêtez à participer est d'une extrême importance. L'Union européenne, toujours dans la tourmente, « doit être réorientée », comme vous l'avez souligné dans votre campagne électorale. L'élaboration de mesures nouvelles, rompant avec les logiques d'austérité qui s'avèrent chaque jour plus injustes et plus désastreuses, demeure un impératif pour sortir durablement de la crise.


C'est aussi le premier sommet où vous engagerez la parole et la politique de la France. Il s'agit maintenant de traduire, dans les actes, le changement pour lequel les Français vous ont élu.

À l'occasion de votre discours le 22 janvier au Bourget, vous avez pris l'engagement de « renégocier le traité européen, issu de l'accord du 9 décembre », c'est-à-dire le traité élaboré par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel. Cinq mois plus tard, le respect de cet engagement paraît plus nécessaire que jamais.

Les Français ont décidé de tourner la page de la politique de Nicolas Sarkozy. Il serait donc incompréhensible que nos politiques bud

gétaires continuent à être dictées par ce traité, et pire, qu'elles soient soumises à un contrôle accru de Bruxelles au mépris de la démocratie parlementaire et de la souveraineté populaire.

Nos concitoyens ont déjà été floués après leur « non » au TCE en 2005. Aujourd'hui, le maintien en l'état du Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) serait un nouveau déni de démocratie.

Ensuite, et surtout,

les développements de la crise au sein de l'UE montrent qu'aucun assainissement de la situation financière des États membres ne sera obtenu en s'entêtant dans la voie actuelle.

Sans une politique de relance construite sur de nouveaux modèles de développement, sans dégager nos grands choix d'investissements de la dépendance et des injonctions de rentabilité des marchés financiers, la sortie de crise fuira comme la ligne d'horizon au fur et à mesure des prétendues avancées de la coordination économique européenne. Celles-ci, au contraire, tendent à transformer l'Europe en champ clos dominé par les grands groupes, comme l'ont souhaité dans une récente tribune les PDG de Telecom Italia, Axa et Siemens.

Ce qui se profile à l'ouverture du sommet européen nous inquiète au plus haut point.

Le pacte budgétaire

, ou TSCG, sortirait intact du Sommet. Il serait le seul texte considéré comme contraignant, et donc, avec les Mécanismes européens de stabilité qui conditionnent l'octroi de fonds au respect des injonctions du traité budgétaire, le seul soumis à ratification des États.

À la demande d'Angela Merkel, le « pacte de croissance » que vous avez souhaité lui adjoindre ne figurerait que dans un protocole annexé aux conclusions du Sommet. Il n'aurait aucune valeur de contrainte et sa portée réelle serait en tout point contredite par les mesures imposées par le Pacte budgétaire. Cela ne conduirait probablement qu'à un nouveau gâchis de fonds. Le carcan de l'austérité serait resserré, rien ne serait changé sur les points décisifs, ni la mutualisation de la dette, ni le rôle de la Banque centrale européenne (BCE). L'Union bancaire dont il est question ne changerait rien aux critères actuels du crédit. En France, l'investissement public de l'État, comme celui des collectivités locales, serait étouffé.

Si tout cela se confirmait, vous devez la vérité aux Français. Rien ne vous oblige à entériner de telles conclusions.

Je comprends parfaitement, monsieur le président, qu'un changement d'orientation des politiques européennes ne se décrète pas. Il se négocie. Et la chancelière Merkel résiste à cette réorientation, et marchande même, en contrepartie de la moindre concession, une part de domination plus grande encore. La France n'est pas obligée de céder.

Nous ne sommes pas les seuls, au Parti communiste français, au Front de gauche, à nous inquiéter.

Quatre dirigea

nts d'organisations de jeunes socialistes en Europe (de France, d'Autriche, d'Espagne et d'Allemagne) vous ont demandé solennellement, dans une tribune publiée il y a une semaine, de rejeter ce pacte budgétaire. Pour leur part, Bernadette Ségol et Ignacio Fernandez Toxo, deux principaux responsables de la Confédération européenne des syndicats (CES), ont à leur tour mis en garde sur « le contenu de la croissance et les moyens de la relancer », sur la dégradation des conditions sociales dans l'Union et sur la mise en péril du cadre démocratique européen, soulignant explicitement : « Nous ne croyons pas que les réformes structurelles du marché de l'emploi créent de l'emploi et encore moins de la croissance. »

Je vous le dema

nde par conséquent : ne signez pas les conclusions du sommet si elles devaient en rester là. Rendez publiques ces décisions et ouvrez le débat dans le pays et en Europe sur ses limites. Ne forcez pas le train de la ratification du Pacte budgétaire au Parlement français, comme a décidé de le faire Angela Merkel devant le Bundestag dès le 29 juin.

Sinon, vous le savez, nous ne ratifierons pas ce texte. Nous appellerons tous les parlementaires de gauche à en faire de même. Nous inviterons les Français à manifester leur opposition à une ratification contraire à votre propre engagement de renégociation.

Une autre voie est possible. Nous proposons que la France prenne l'initiative d'« Etats généraux de la refondation européenne » pour porter, notamment :

la réorientation du statut et des missions de la BCE, pour moduler le refinancement des banques privées afin d'encourager les investissements qui programment plus d'emplois et de formation, et de pénaliser les crédits aux spéculateurs,
la création d'une banque publique européenne axée sur le développement social, écologique et solidaire, financée par la création monétaire de la BCE, la taxe sur les transactions financières et une part du budget communautaire, et chargée de soutenir l'essor des services publics, d'investissements publics socialement efficaces et de projets industriels novateurs et créateurs d'emplois,
la relance par l'élévation des standards sociaux et écologiques en Europe. »

 

Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français,

Paris, le 27 juin 2012.

Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 15:02

 

sans-papiers.jpg

Alors que les principales organisations syndicales et associatives de défense des sans-papiers ont demandé au Premier ministre Jean-Marc Ayrault une rencontre sur la base de leur plateforme de revendications, on apprend aujourd'hui par voie de presse que le ministre de l'Intérieur Manuel Valls envisage une circulaire visant à la régularisation au cas par cas des sans-papiers. Curieuse conception de la concertation démocratique.

 

On ne peut accepter que la gauche mette ses pas dans ceux de Claude Guéant en poursuivant la politique du cas par cas. Il faut au contraire définir des critères qui permettent à tous d'être à égalité. Ces critères ne peuvent s'appuyer sur une conception d'un au

tre temps selon laquelle les immigrés seraient un problème alors même que toutes les études démontrent le contraire.

Malgré des annonces prometteuses sur la fin de la rétention pour les enfants ou la création d'un titre de séjour de 3 ans, les propos de Manuel Valls sur la question des migrants sont encore trop simplistes parfois même inquiétants : rien sur les conditions de vie des immigrés expulsés dans leur pays où ils risquent parfois le pire, rien sur la question des droits tel que le droit de vote des résidents étrangers comme le demande activement le PCF.

 

Le PCF demande le rétablissement de la carte unique de 10 ans et le droit au regroupement familial, conditions d'une vie digne. Un nouveau code de la nationalité, fondé sur le respect intégral et automatique du droit du sol dès la naissance et sur un droit à la naturalisation permettant à tous les étrangers qui le souhaitent d'acquérir la nationalité française au-delà de 5 ans de résidence doit être mis en place. Enfin, pour que ces questions soient correctement prises en compte et traitées avec le respect de l'humain, il est urgent que le sujet de l'immigration soit détaché du ministère de l'Interieur.

Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 16:28

601261_4147384447251_1697806623_n.jpg

Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 16:26

 

l'humain d'abord

 

Le groupe GDR à l’Assemblée nationale compte quinze député-e-s.

A l’Assemblée nationale, le groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine sera pérennisé.

Comme sous la précédente législature, il s’agira d’un groupe technique constitué de deux composantes autonomes : celle du Front de gauche et celle des Ultramarins.

 

Il sera présidé par André Chassaigne.

 

La composante Front de gauche compte les dix Député-e-s suivants :

- François Asensi (Seine-Saint-Denis)

- Alain Bocquet (Nord)

- Marie-George Buffet (Seine-Saint-Denis)

- Jean-Jacques Candelier (Nord)

- Patrice Carvalho (Oise)

- Gaby Charroux (Bouches-du-Rhône)

- André Chassaigne (Puy-de-Dôme)

- Marc Dolez (Nord)

- Jacqueline Fraysse (Hauts-de-Seine)

- Nicolas Sansu (Cher)

 

La composante des ultramarins compte les cinq député-e-s suivants :

- Huguette Bello (La Réunion)

- Alfred Marie-Jeanne (Martinique)

- Jean- Philippe Nilor (Martinique)

- Gabriel Serville (Guyanne)

- Bruno Nestor Azerot (Martinique)

 

Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 18:35

huma-smic.jpg

 

Le gouvernement s'apprête à annoncer le montant de la hausse du SMIC pour le 1er juillet.


Selon Les Échos de ce matin, il s'agirait d'une augmentation du salaire minimum de 2 % soit + 0,6 % si l'on tient compte de l'inflation constatée depuis la dernière augmentation. Si tel est le cas, le coup de pouce promis se transforme en dérisoire pichenette! 


Nous ne pouvons décemment pas en rester là.

 

Le PCF demande au gouvernement de corriger le tir en revoyant à la hausse une augmentation du SMIC.

 

 Au lendemain d'une victoire historique de la gauche, le changement doit se traduire par du sonnant et du trébuchant. L'urgence le commande.

Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 17:57
Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 16:14

Les communistes se sont réunis durant 3 jours de débats pour examiner la situation après les élections. Satisfaits d'avoir contribué à la défaite de Nicolas Sarkozy et de la droite, nous souhaitons vous faire part de nos convictions et de notre engagement pour répondre à vos attentes.

 

bandeau_web_auxactes_0.jpg

 

Nous voulons t out fair e pour que les victoires remportées par la Gauche, auxquelles le Front de Gauche a contribué, répondent aux espoirs qu'elles ont suscité. Nous pensons qu'en l'état, le projet de François Hollande nécessite des inflexions majeures.

Nous allons travailler avec toutes les forces disponibles, en avançant des propositions, en construisant les rassemblements politiques, les majorités d'idées et d'action jusqu'à rendre incontournable l'adoption au Parlement et par le gouvernement des mesures nécessaires au changement.

Avec l'intervention  populaire et les mobilisations sociales et citoyennes, des avancées sont possibles. Nous seront, dans le pays comme au Parlement, une force d'action et de construction positive au service de cette intervention pour pousser le changement, pour obtenir les moyens de le réussir.

Nous décidons, en menant les campagnes nationales appropriées, d'engager la mobilisation dans la durée sur les enjeux cruciaux de la construction européenne, de la mobilisation des moyens financiers, des salaires et de l'emploi, de la relance des services publics, de la VIème République.

 

Aujourd'hui, en raison des refus répétés de prendre en compte nos propositions, nous estimons que les conditions de notre participation au gouvernement Ayrault ne sont pas réunies. Ce qui ne préjuge pas de l'avenir, nous restons disponibles au cas où elles  se créeraient.

 

Nous avons vocation à prendre nos responsabilités pour mettre en oeuvre dans un gouvernement des politiques de transformation sociale pour que la gauche réussisse. C'est dans cet esprit que nous avons construit le Front de gauche et mené ses campagnes.

 

Nous voulons continu er à être utiles pour permettre la réussite des changements nécessaires, de même que nous ne voulons pas renoncer à notre liberté d'agir pour y parvenir

 

Pour l'heure, nous ne nous reconnaissons pas dans une consception présidentialiste du gouvernement qui réduirait sa feuille de route au programme de premier tour du Président, un programme qui ne se donne pas, selon nous, les moyens du changement. Une conception qui nous paraît d'autant plus réductrice que le Président actuel a été élu grâce à une majorité beaucoup plus diverse, et notamment les 4 millions de voix du front de gauche.

 

Les résultats des campagnes électorales du Front de Gauche, la mise en mouvement populaire et citoyenne qui les a portées, nous invitent à poursuivre et amplifier la démarche engagée avec le Front de gauche.

 

Par 2 fois dans ces élections, le Front de gauche a été confirmé comme la deuxième force de gauche dans notre pays. avec son candidat à la pré sidentielle, Jean-Luc Mélenchon, le front de gauche s'est efforcé de faire de la politique autrement autour des idées et d'un programme.

Cette "révolution citoyenne" nous voulons l'amplifier. Le Front de gauche s'efforce de rassembler celles et ceux qui refusent les politiques libérales subies toutes ces dernières années, qui refusent de limiter le changement à une alternance entre 2 partis dominant actuellement dans le pays.

 

Nous voulons être la grande force de l'alternative face aux chantres du malheur qui répètent en boucle que rien n'est possible.

 

Les communistes appelent l'ensemble des femmes e t des hommes de notre pays qui souhaitent réussir le changement à se rassembler dans le Front de gauche pour qu'il en devienne la force motrice. Nous invitons celles et ceux qui le souhaitent, responsabloes associatifs, syndicalistes, sitoyennes et citoyens à rejoindre le PCF dont l'action est un élément essentiel dans le développement du Front de Gauche.

 

Confiants dans l'avenir, nous vous donnons rendez-vous dans les combats européens et français qui s'annoncent.

Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 14:53

huma 2-2012

Réservez dès maintenant vos places au 02 38 77 80 50 ou courrier@pcfsaran.com

 

Des cars seront organisés au départ de Saran, Fleury, Orléans, Gien, Briare, Châlette, Montargis avec des tarifs spéciaux pour les jeunes et les précaires.

 

Par Patrick Le Hyaric.

 

La prochaine Fête de l’Humanité se tiendra quatre mois seulement après qu’une majorité de notre peuple ait décidé de tourner la page du pouvoir sarkozyste. Elle va donc constituer un événement déterminant de débats et d’actions pour que la gauche réponde aux espoirs qui viennent de se lever.


En même temps, comme chaque année, elle va être un formidable espace d’art et de spectacles vivants, de concerts avec Dub Inc, Patti Smith, New Order, Hubert-Félix Thiéfaine, Peter Doherty, Bénabar, Shaka Ponk, Mustang et bien d’autres, de gastronomie, de sport, de théâtre, d’humour avec François Morel, d’actualité littéraire et philosophique où seront convoqués Rousseau, Victor Hugo, Marx, Aragon.

 

Sa préparation avec la diffusion du bon de soutien et sa tenue vont participer d’une dynamique populaire, sociale et culturelle, indispensable pour créer les conditions permettant au nouveau pouvoir de résister aux multiples pressions de la droite et de l’extrême-droite, du monde de la finance, des institutions européennes qui redoublent d’efforts pour accentuer l’austérité sur les peuples, pendant que les banques se gavent de la création monétaire de la Banque centrale européenne.

 

L’enjeu est décisif.

Dans le prolongement des campagnes électorales présidentielles et législatives, la préparation de la Fête que nous entamons va être l’occasion de centaines de milliers de rencontres, de discussions sur les conditions de la réussite d’un changement progressiste.

 

La Fête elle-même sera marquée par de grands débats sur les questions posées à nos concitoyens : la nature des crises actuelles et les chemins pour en sortir ; le rejet de l’austérité comme moyen d’en sortir ; le travail comme un droit garanti pour toutes et tous ; la formation, l’éducation ; la recherche comme investissement prioritaire pour l’avenir ; les efforts à déployer pour impulser une solidarité des peuples et des forces progressistes européennes afin de transformer l’Europe ; les enjeux d’une métamorphose écologique de la planète ; les services publics comme patrimoine commun pour l’accès de tous à l’intégralité des biens publics.

 

La Fête sera le lieu de rendez-vous de tous les salariés et des élus qui agissent contre la désindustrialisation, pour la vie des territoires et pour une sécurisation du travail, se conjuguant avec la formation et la recherche, l’innovation.

Au sortir de cette longue séquence électorale, les participants à la Fête, les militants, débattront des causes de la crise démocratique, des moyens de faire reculer l’extrême-droite et des initiatives à déployer pour que le Front de Gauche franchisse une nouvelle étape de sa maturation afin d’être mieux perçu comme efficace et utile à la réussite du changement.

 

Une nouvelle fois, notre Fête sera celle de la solidarité internationale, avec tous les peuples en lutte pour leur liberté, pour leur émancipation. Les voix des peuples arabes comme celles de la jeunesse québécoise ou de différents pays européens, ou encore le combat des Palestiniens en quête de leur Etat, pourront s’y faire entendre pour construire de nouvelles solidarités.

 

Les forces progressistes s’y rencontreront pour débattre des chemins de la transformation sociale et écologique de la planète.

 

Nous y fêterons le cinquantième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, notamment à travers une belle exposition d’artistes contemporains et lien avec l’Institut du Monde Arabe, et aussi le trentième anniversaire, triste et effroyable, des massacres de Sabra et Chatila.

 

Plus que jamais, la Fête de l’Humanité va faire vivre l’aspiration à la justice, à la solidarité, à la fraternité et à un monde commun, sans armes et sans guerre, cheminant vers le progrès social et écologique.

 

Comme chaque année, les efforts militants pour diffuser le bon de soutien donnant droit à l’entrée de la Fête vont être le moyen de multiples dialogues, d’initiatives d’action ou festives pour la réussite des changements attendus.

 

De plus, les vignettes diffusées et payées au journal sont un moyen pour lui de faire face à ses besoins financiers.

Ensemble, avec la Fête de l’Humanité, impulsons le mouvement pour une dynamique du changement à gauche.

Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 18:00

Les premières estimations, ce soir, confirment le basculement de l'Assemblée nationale à gauche. La page du pouvoir sarkozyste en France est définitivement tournée mais le parti de l'ancien président sauve un nombre substantiel de sièges. Il ne fait aucun doute que la droite saura s'en servir pour multiplier les obstacles au changement dans notre pays. L'entrée du FN dans l'hémicycle qui reste heureusement circonscrite est un signal d'alarme supplémentaire.

 

A gauche, le Parti socialiste parvient à son objectif et dispose à lui tout seul d'une majorité absolue. Le Front de gauche aura moins de députés malgré un gain en nombre de voix et en pourcentage mais les conditions semblent ce soir réunies pour la constitution d'un groupe à l'Assemblée. Si cela se confirme, c'est une bonne nouvelle pour la démocratie.

 

Force est de constater, cependant, que le mode de scrutin et l'inversion du calendrier électoral dénaturent la portée des élections législatives et déforment le paysage de l'Assemblée nationale au profit du bipartisme. A gauche, la majorité législative est ainsi distordue par rapport à la réalité de la majorité politique de gauche dans le pays. Le PS totalise 65% des voix de la gauche à l'élection présidentielle, près de 70% avec ses alliés aux législatives et obtient  plus de 90% des députés de gauche. Le Front de gauche totalise 25% des voix de gauche à la présidentielle, 15% aux législatives et compte moins de 5% des députés de gauche. C'est une anomalie provoquée par une logique institutionnelle implacable qui, de scrutins en scrutin, a permis aux deux plus grosses formations de monopoliser aujourd'hui 90% des sièges à l'Assemblée nationale.

 

En dépit de cette injustice, le Front de gauche avec l'influence qui est la sienne dans le pays, avec ses deux groupes au Parlement, ses élus sur le territoire et au Parlement européen, entend être une force d'initiatives et de propositions active et positive pour la réussite du changement dans notre pays.

 

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 19:21

 

adherez-pcf.jpg

 

Pourquoi choisir le PCF

 

Pour l'émancipation humaine. Le dépassement de toute domination, de toute exploitation, des humiliations, de la pauvreté est d'actualité. Inventer un autre monde, fondé sur des rapports humains libérés de la loi de l'argent est urgent. Adhérer au Parti Communiste Français c'est mettre en avant cette volonté.

 

Pour la création de modes d'interventions nouveaux, pour le peuple, en politique.

 

Partout se dégagent des exigences fortes pour une société qui ne veut plus des politiques libérales; une capacité d'intervention et d'invention nouvelle doit être instituée pour que le peuple ne soit plus ignoré ou trahi. Adhérer au PCF c'est participer, s'assurer d'une dynamique rassembleuse, d'une construction politique nouvelle, dans le respect des identités et rôles de chacun, pour battre la droite et l'extrême-droite maintenant et durablement, pour réussir à Gauche.

 

Une adhésion d'actualité

 

La droite casse systématiquement les fondements solidaires de notre société. Il nous faut construire dès maintenant une gauche forte d'une union populaire. Adhérer au Parti Communiste Français c'est se donner les moyens d'agir et de participer à la construction d'une situation nouvelle à gauche, pour une véritable alternative.

 

Où joindre le PCF

 

Le siège départemental du PCF se situe au 5, rue Marcel Proust à Orléans (la rue des pompiers et du muséum). Ce lieu est ouvert  tous les jours du Lundi au Vendredi de 9h à 18h.

Vous pouvez nous joindre au 02 38 77 80 50 ou par mail pcf.loiret@wanadoo.fr

Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article

Articles Récents