Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des communistes de Saran
  • Le blog des communistes de Saran
  • : Blog de la section du PCF de Saran (45)
  • Contact

Ancienne version du site

Pour accéder à l'ancienne version du site PCF Saran et pouvoir ainsi consulter toutes les archives, cliquez sur le lien suivant :

Ancien site PCF SARAN

Recherche

14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 17:31

MANIFESTATION POUR L'EMPLOI
Samedi 16 Novembre
14h Parvis de la Cathédrale à Orléans

 Le peuple de gauche, la contestation populaire sont restés trop longtemps l'arme au pied face à un Gouvernement et à un Président de la République dont l'inconstance, la propension à n'écouter que le patronat et à oublier ses promesses ont conduit à une situation de crise.

Le Gouvernement n'entend rien, n'écoute pas la majorité de la population qui exige un changement de politique, la fin de l'austérité et des licenciements qui se multiplient. Sa politique est inefficace. Elle aggrave l'injustice fiscale en augmentant les impôts pour une grande majorité de la population tout en multipliant les cadeaux au patronat, en détruisant les services publics et la protection sociale.

Il y a donc besoin de se mobiliser.

Il y a besoin de cette mobilisation pour ne pas laisser la droite et l'extrême-droite dévoyer, récupérer, instrumentaliser la colère populaire alors qu'ils n'ont rien à faire des souffrances sociales des ouvriers, chômeurs, retraités.

Il faut repointer les responsabilités de cette situation : le coût du capital, cette masse d'argent versée aux banques (intérêts) et aux actionnaires (dividendes) au détriment du travail et des salariés; la multiplication des cadeaux fiscaux aux entreprises inutiles à l'emploi, aux salaires, aux conditions de travail et que le gouvernement entend compenser par l'augmentation de la TVA, la hausse des cotisations sociales et l'injustice fiscale pour les familles.

Oui il y a besoin de se mobiliser pour redonner espoir et montrer qu'à gauche une alternative crédible existe. Des forces politiques, associatives et syndicales sont disponibles, se mobilisent pour cela.

Le Parti Communiste Français a décidé d'être à l'initiative, avec l'ensemble des formations du Front de Gauche et toutes celles et ceux qui souhaitent s'y associer d'une campagne d'initiatives nationales et locales contre l'injustice fiscale, l'austérité et les licenciements.

C'est donc naturellement que la Fédération du Loiret du PCF et ses élus soutiennent le rassemblement de Samedi organisé par les syndicats CGT, CFDT, SOLIDAIRES et FSU pour la défense de l’emploi dans notre département. En effet, les licenciements se multiplient : Fagor Brandt (530 emplois menécés), Alcatel (61 emplois), La République du Centre (80 emplois), Doux (81 emplois), Hutchinson, sans oublier les conséquences au niveau des PME et de tous les emplois induits. Des centaines de suppressions d'emplois peuvent être évitées. Pour cela, il est urgent que l'Etat intervienne et que le gouvernement change sa politique qui empêche toute sortie de crise.


 

 

 

Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 17:45

DONNEZ DE LA VOIX !

En 2014, nous votons ?

Les 23 et 30 mars auront lieu les élections municipales, puis, le 25 mai, ce sera les élections européennes. Avec les municipales nous avons l'élection la plus proche des citoyen-nes. Avec les européennes, nous avons la plus éloignée. Mais si cette Europe est opaque, nous savons toutes et tous que ses répercutions sur nos vies quotidiennes sont immenses.

Elire des représentant-es du peuple, à tous les niveaux institutionnels c'est élire des porte-voix des exigences populaires.

Et voter, ce n'est pas seulement mettre un bulletin dans une urne, c'est faire fonctionner la démocratie.

Pour pouvoir voter, il faut être inscrit sur les listes électorales. L'inscription sur les listes fait l'objet d'une démarche volontaire. Vous avez jusqu'au 31 décembre pour vous inscrire sur Internet ou dans votre mairie.

L’inscription sur les listes électorales est possible selon 3 modalités :

  • soit en se rendant à la mairie avec les pièces exigées (formulaire d’inscription, pièce d’identité et justificatif de domicile),
  • soit par courrier en envoyant à la mairie le formulaire d’inscription, une photocopie d’une pièce d’identité et d’un justificatif de domicile,
  • soit par internet, dans certaines communes (Saran en fait partie), en utilisant le téléservice proposé par mon.service-public.fr.

Dans un climat où la défiance face aux représentants politiques est à son paroxysme, où les idées nauséabondes et discriminatoires sont brandies par certains comme étant l'alternative, il est plus que jamais indispensable de voter pour un projet de société. Pour des élu-es qui auront le courage de défendre des valeurs de solidarité, du vivre ensemble, qui auront le courage de s'attaquer aux politiques ultalibérales, qui auront le courage de mettre au cœur de leurs combats : l'humain d'abord ! Les candidat-es communistes et du Front de gauche seront les candidats de l'alternative face aux politiques d'austérité.

Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 15:32

Voici le communiqué de l’intersyndicale CFDT CFE-CGC, des élus du Comité d’entreprise et des délégués du personnel de La République du Centre.

« Une majorité du personnel de La République du Centre, présent ce mardi 5 novembre, à 21 h 30 à la rotative, a voté la grève pour 24 heures à effet immédiat, en soutien avec les quarante salariés du centre d’impression. Centre dont la fermeture prévue par le projet Centre-France 2016, outre l’inquiétude qu’elle suscite quant aux conditions de départ, pourrait être évitée, notamment en imprimant l’Echo Républicain.

Les salariés ont souhaité exprimer leur inquiétude quant à l’avenir du journal et demandent à la direction de revoir à la baisse son plan qui toucherait à l’heure actuelle 40% du personnel ! Une deuxième assemblée générale du personnel est prévue demain à 14 heures dans les locaux des services techniques afin d’envisager les suites à donner à notre mouvement. »

Communiqué de presse du PCF 45 et de l'ADECR 45

Le groupe de presse Centre France La Montagne, qui détient 8 quotidiens et une douzaine d'hebdomadaires, a annoncé il y a quelque jours un vaste de plan de restructuration prévoyant  la suppression de 230 emplois afin de réaliser une économie annuelle de fonctionnement de 16 millions d’euros. Localement, ce sont 70 emplois (40% du personnel) à La République du Centre qui sont menacés et le centre d'impression du journal situé à Saran pourrait fermer.

Les salariés de plusieurs titres du groupe se sont mis en grève (Le Berry Républicain, le Journal du Centre et La République du centre aujourd'hui).

Cette nouvelle annonce de 70 suppressions de postes vient s'ajouter à celle de Fagor, Doux, Alcatel... portant une nouvelle fois un mauvais coup à l'emploi dans le département. Il faut noter que depuis 2008, 8000 emplois, dont 3000 emplois industriels, ont été détruit dans le Loiret.

Le PCF 45 apporte son soutien à la mobilisation et demande à l'Etat d'intervenir au plus vite pour soutenir les salariés et empêcher les licenciements.

Mathieu Gallois, secrétaire départemental du PCF 45

Françoise Besançon, présidente de l'Association des Elus Communistes et Républicains du Loiret

Christian Fromentin, Premier adjoint au Maire de Saran

Michel Ricoud, président du groupe PCF-Front de Gauche au Conseil Général

SIGNER LA PETITION POUR LE MAINTIEN DE L'EMPLOI ET DE L'IMPRESSION DE LA REPUBLIQUE DU CENTRE A SARAN

Fermer le centre d'impression de La République du Centre à Saran (Loiret) et appliquer le plan de sauvegarde de l'emploi prévu par le groupe Centre-France,

Ce serait:

- Envoyer près de 80 personnes au chômage!

- Avec des effectifs sous-dimensionnés, ne pas être à la hauteur de l'activité et du dynamisme du Loiret (Orléans 8e PIB des grandes villes françaises, 14 visites gouvernementales depuis le début de l'année...)!

Imprimer le journal dans d'autres départements et mettre davantage de camions sur les routes!

Vider l'entreprise de son âme...

 

Merci de signer cette pétition (grâce au lien suivant) afin de soutenir les salariés de La Rep' et de sa régie publicitaire Alliance Media qui se battent pour conserver leurs postes et leur rotative !

https://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/pour-le-maintien-de-l-emploi-et-de-l-impression-%C3%A0-la-r%C3%A9publique-du-centre-%C3%A0-saran

Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 12:24

François Hollande avait promis une réforme de la fiscalité, pour plus de justice sociale. Mais ça, c'était avant. Le cap d'une fiscalité injuste, dans la continuité de l'ère Sarkozy, est maintenu. La recette est toujours la même : on épargne les revenus du capital, de la spéculation, on donne le change avec une taxe provisoire sur les plus hauts revenus, mais le gros de la ponction s’opère sur les ménages moyens et modestes.

Car c'est bien là tout le problème. Pendant qu'on nous amuse avec la fameuse taxe à 75% qui fait frémir quelques footballeurs millionnaires alors qu'elle est provisoire (2 ans) et qu'elle ne rapportera au final que 200 millions d'euros, c'est une énorme ponction qui est opérée sur le reste de la société. En cumulant les recettes fiscales nouvelles des lois de finance 2012 (loi de finance rectificative) et 2013, on atteint 55 milliards de hausse d'impôts, qui pèsent d'abord sur les ménages ! Ainsi, 10% de foyers fiscaux supplémentaires sont devenus imposables à l’impôt sur le revenu. Un véritable scandale.

Les ménages ponctionnés !

En juillet dernier, le taux de TVA sur les services à la personne est passé de 7% à 19,6%. Au premier janvier 2014, la TVA à taux normal sera majorée de 19.6% à 20% et celle à taux réduit de 7% à 10%. A cela s'ajoute, la suppression pour deux millions de personnes seules ayant élevé un enfant d'une demi-part, un nouveau rabotage du quotient familial, la suppression de la réduction d'impôt pour enfants scolarisés dans le secondaire et dans le supérieur, l’augmentation des cotisations sociales et l’alourdissement du poids de la fiscalité locale.

Hausse de la Pression fiscale, dans quel but ?

Ce prélèvement énorme sur les revenus des ménages est injuste et catastrophique. D'abord parce que c'est autant d'argent qui vient en réduction du pouvoir d'achat : en clair, moins de consommation, moins d'activité pour les entreprises donc plus de récession. Alors que la croissance est nulle, elle ne risque pas de repartir avec de telles mesures. Cette ponction a deux finalités principales : réduire la dette publique, c'est à dire rembourser les banques, et compenser les nouvelles exonérations fiscales votées pour les entreprises, un cadeau de 20 milliards supplémentaires cette année résultant du crédit impôt compétitivité.

Une autre réforme de la fiscalité est possible

Le problème ce n'est pas l'impôt. Il est utile s'il finance des services publics et s'il est justement réparti. C'est pourquoi il faut une véritable réforme de la fiscalité : avec un impôt sur le revenu de type universel à taux et au nombre de tranches relevés, un impôt sur les entreprises modulé en fonction de leurs performances sociale et environnementale, un impôt sur la fortune rehaussé, un impôt territorial (TP) assis sur le capital des entreprises, une révision des bases d’imposition et le plafonnement de la taxe d’habitation, et le recul de la pression fiscale sur la consommation (TVA, TICPE), actuellement 60% des recettes fiscales).

Une telle réforme est possible, c'est une question de volonté.


Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 12:48

Voici l'intégralité du communiqué envoyé par Maryvonne Hautin à la presse locale pour officialiser son entrée en campagne.

Les adhérents de la section de Saran du Parti Communiste Français, réunis en Assemblée générale vendredi dernier, ont choisi à une très large majorité (92% des votants avec un taux de plus de 71% de participation) d’initier une liste de large rassemblement à gauche pour les prochaines élections municipales. Sollicitée également par les adhérents du PCF, par de nombreux habitants de la commune ainsi que les élus de la majorité sortante, j’ai accepté de conduire cette liste en mars prochain. Comme en 2008, alors même que des échanges étaient en cours et qu’une nouvelle rencontre devait être fixée, la section locale du Parti Socialiste a refusé de participer à la liste de rassemblement que je conduirai, en annonçant, par voie de presse, la constitution d’une liste contre celle de la majorité de gauche sortante. J’en prends acte.

L’année dernière, les Saranaises et les Saranais, tout comme la majorité de notre pays, se sont débarrassés de la droite au pouvoir et ont placé bien des espoirs dans le changement qui leur était promis. Il me suffit d’écouter chaque jour les habitants de la commune pour savoir que les espoirs sont déçus. Je constate que les inégalités sont toujours aussi criantes, que les efforts sont toujours pour les mêmes (il suffit de voir les feuilles d’impôts) et qu’on ne s’attaque toujours pas comme promis « au monde de la finance ».

Dès le mois de mars, avec les élections municipales, nous pouvons gagner des changements dans les territoires. Ce que le gouvernement ne veut pas faire, une vraie politique de gauche, nous, nous voulons la réussir avec les habitants. Les élections municipales seront une étape majeure pour cela.

C’est le sens de mon engagement comme Maire de Saran. C’est ce qui guide mon quotidien et m’anime pour conduire une liste ouverte, rassemblant à gauche, avec et pour toutes les Saranaises et tous les Saranais.

Maryvonne Hautin

Maire de Saran

Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 12:19

GEMALTO , ALOMBARD, RELUIRES BRUN, QUELLE, THYSSEN KRUP, V2 PHARMA PROMO, FAURECIA………

Et ces dernières semaines

      * ALCATEL LUCENT, Ormes : 5, plans sociaux, n’y suffisent pas,  car il   en faut toujours plus pour calmer l’appétit des actionnaires. Il faut vendre les outils de production (Ormes),  compresser les dépenses, mais pas les dividendes : d’ailleurs l’action était en hausse à la Bourse après ces annonces. Et l’accord de libre-échange Europe-USA, et l’espionnage économique dans ce secteur des câbles optiques, ne touche-t-il pas cette entreprise ?

        * FAGOR BRANDT, St Jean de la Ruelle : gestion désastreuse, le groupe se déclare      insolvable avant d’en informer le CCE, les journaux économiques ont les infos avant les élus du CCE ! Cessation de paiements ? Dépôt de bilan ?

        * TRW, La Source : inquiétudes des salariés, l’équipementier automobile a externalisé le site de Dijon en la Pologne.

         * DURALEX, La Chapelle : la direction sourde aux mises en demeure de l’Inspection du travail pour la mise en conformité essentielles comme le gaz, …pas d’argent, dit-elle,  pour la sécurité des salariés, mais gaspille quelques 600 000 € pour transformer l’entrée en bunker barrières – tourniquets….

       * MAURY Imprimeur : suppression de 20 emplois

       * DOUX – GLON SANDERS : il y a 1 an Glon Sanders a licencié 86 personnes. Il a maintenant annoncé La fermeture définitive du site de Boynes avec le chômage à la clé pour les 81 salariés.

Le chômage gangrène la société française depuis plus de trente ans. Résultat, près de 5 millions de demandeurs d'emplois aujourd'hui (en hausse de 7,3% sur 1 an). Les salariés de l'industrie en sont les premières victimes. Ils subissent lourdement les restructurations exigées par les actionnaires et les erreurs stratégiques de grands groupes, des décideurs publics.

Notre pays a subi la perte de 750 000 emplois industriels des 10 dernières années, défigurant économiquement et socialement des régions entières. Depuis des semaines, le massacre reprend de plus belle, des centaines de milliers d'emplois sont menacés (avec les emplois induits), des milliers d'intérimaires sont jetés au chômage.

Depuis 2008, dans le Loiret, ce sont 8000 emplois, dont 3000 emplois industriels, qui ont disparus. La nouvelle hausse du chômage, qui n'a pas épargné notre département, est alarmante.

Depuis l'élection de François Hollande, aucune mesure coercitive n'a été votée au parlement pour interdire les licenciements par les entreprises qui versent des dividendes à leurs actionnaires, aucune loi donnant des droits et des pouvoirs nouveaux aux salariés pour s'opposer aux stratégies patronales.

Pire, en reprenant les préconnisations du rapport Gallois, le gouvernement fait un cadeau de 20 milliards aux patrons. Il fait payer ce cadeau  par une augmentation de la TVA qui va réduire, une nouvelle fois, le pouvoir d'achat des Françaises et des Français.

NON, l'industrie ne symbolise pas le passé !

L'État doit, en ce sens, porter une vraie ambition industrielle avec de grands projets structurant des filières et revitalisant les régions : un pays qui ne produit plus de richesses ne peut plus coopérer, ni investir dans l’éducation, la santé et de grands services publics.

En ce sens, la mobilisation de crédits publics, la prise de pouvoir majoritaire de l’État dans les conseils d'administration, voire la nationalisation doivent se concevoir et se réaliser dans une optique nouvelle, celle de changer de cap. Cela nécessite des droits d'intervention, de contrôle des salariés pour d'autres critères de gestion répondant à l'intérêt national.

Ensemble, luttes sociales et combats politiques vont nous permettre de faire reculer les prétentions de la droite et du patronat, imposer au gouvernement le vote de lois pour l'emploi et la tenue en urgence des assises de l'emploi industriel.

Ce n'est pas le coût du travail qui tue l'emploi, c'est le coût du capital !

En effet, jamais les richesses créées par le travail n'ont été autant détournées pour maintenir des taux de profits à 2 chiffres au détriment des salaires, des investissements ou de la recherche. Selon l'INSEE, en 2012, les sociétés non financières (autre que les banques et assurances) ont dépensé 157,9 milliards d'euros en cotisations sociales et patronales, conre 298,9 milliards d'euros en intérêts et dividendes. La part de la valeur ajoutée réservée au travail n'a cessé de diminuer, passant de 72,9% en 1981 à 66,6% en 2012, alors que dans le même temps, la part du capital a été multipliée par 7 passant de 39,1 milliards d'euros à près de 300 milliards d'euros. Les seules dividendes, qui pesaient 5% de la valeur ajoutée il y a 30 ans en représentent 22,6% aujourd'hui.

Les propositions pour l'emploi et l'industrie

  • Le vote d'une loi pour interdisant à une entreprise qui distribue des dividendes, stock-options ou rachète des action de licencier
  • De nouveaux droits aux salariés et leurs représentants leur permettant d'agir sur la gestion de leur entreprise
  • Le remboursement des aides publiques par les entreprises qui licencient
  • La taxation sur la réimportation des productions délocalisées
  • La suppression de la niche « Copé », la baisse de l'abattement sur le montant des dividendes perçues, la taxation des compagnies pétrolières
  • La création d'un pôle public financier
  • Un salaire minimum à 1700€ et une augmentation générale des salaires pour assurer une vie digne avec un salaire décent.

Une délégation d'élus et de militants du PCF rencontrera les salariés d'Alcatel-Lucent devant leur entreprise Lundi 28 Octobre.

                                                                                         

Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 15:33

Les syndicats CGT, CFDT et CGC d’Alcatel-Lucent seront mobilisés sur tous les sites de France, le 15 octobre contre le énième plan social depuis la fusion. 900 licenciés plus 900 sortis du groupe avec un avenir incertains en France et plus de 15 000 dans le monde, c’est une véritable saignée de l’emploi industriel dans le groupe franco américain. Une fois de plus les salariés sont les fusibles d’une stratégie financière des dirigeants au profit « de valeur pour les actionnaires » alors que les difficultés et les retards technologiques sont à chercher dans la mauvaise gestion et les erreurs stratégiques majeures.

C’est une catastrophe sociale et industrielle pour les salariés et les familles des sites de Rennes et de Toulouse, déjà touchée par de nombreuses fermetures d’entreprises et probablement pour ceux d’Orvault, EU, Ormes. Pour économiser 1 milliard d’euros, le PDG de la multinationale a donc annoncé la fermeture de plusieurs sites, des licenciements massifs dans le monde.

La situation des salariés d’Alcatel-Lucent est insupportable. La France connaît une très grave crise. Les emplois industriels sont, dans tous les secteurs sacrifiés sur l’autel des marchés financiers.

Face à l’urgence économique et sociale, le Parti Communiste Français exige un moratoire suspensif sur les plans de suppression d’emplois et de fermetures de sites, à Alcatel- Lucent. afin d’examiner des alternatives. Depuis 10 mois un PSE est en cours avec un État aux abonnés absents.

Pour preuve, les ministres de l’industrie et de Bercy ont laissé le groupe s’endetter à Goldman Sachs, il y a 6 mois alors que l’État aurait pu prendre la main en recapitalisant ! 27 000 brevets sont toujours gagés à la sulfureuse banque américaine, l’endettement atteint 5 milliards d’euros avec plus de 300 millions d’intérêts financiers par an !

Le gouvernement Ayrault qui a annoncé « qu’il serait particulièrement vigilant » comme le demande l’intersyndicale doit organiser rapidement une table ronde avec les salariés et les élus pour écouter les propositions de sauvegarde de l’entreprise. Il n’y a pas de fatalité dans la faillite industrielle d’Alcatel qui a été un fleuron industriel des télécommunications, producteur de brevets et de technologie de pointe, notamment celles liées au câblage sous marin.

Le président de la République ne peut pas annoncer 34 projets industriels d’avenir avec un investissement public de 3,5 milliards d’euros et laisser la France se désindustrialiser avec les pertes d’emplois et de savoir-faire pourtant indispensables. L’avenir ne se construira pas avec des déserts et des friches industrielles !

La filière des télécoms représente un enjeu essentiel pour le développement de notre pays et de l’Europe, pour le progrès social, culturel et le plein emploi. Sur le dossier Alcatel-Lucent, l’État doit se placer dans une véritable reconquête d’activités productives garante d’une consolidation et d’une indépendance nationale dans un secteur des télécommunications particulièrement sensible.

Quelques propositions pour favoriser la production contre la spéculation dans l’industrie:

► Sécuriser les réseaux français et européens contre la mondialisation et le dumping social comme le font les USA et l’Australie.

► La puissance publique et les grandes entreprises doivent montrer l’exemple en avantageant les entreprises qui localisent l’emploi de manière significative en France. (France Télécoms pour augmenter ses bénéfices s’approvisionne auprès du groupe chinois Huawei !)

► L’État doit peser sur les choix stratégiques des opérateurs et des équipementiers dans les choix stratégiques, la recherche, les investissements (4G, fibres optiques) avec des obligations de service public. L’État doit prendre le contrôle des fonds publics (crédit impôt recherche ,…), une participation plus forte et plus active au capital de peser sur les choix et relancer la filière.

► Le pôle public d’investissement doit permettre à Alcatel d’emprunter à des taux réduits et sortir des griffes des marchés financiers.

LE PCF apporte sa totale solidarité aux actions des salariés d’Alcatel-Lucent et participera aux mobilisations unitaires pour défendre la filière des télécoms et les emplois industriels.

Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 16:41

EGAUX DEVANT L'IMPÔT ?

Le budget 2014 taxe les ménages et assiste les riches

Alors que le pouvoir d'achat stagne, les familles vont subir cette année encore un véritable matraquage fiscal. Le gouvernement maintient le gel fiscal décidé sous Sarkozy contre lequel toute la gauche s'était mobilisée. Résultat, en 2 ans, l'ensemble des salariés voient leurs impôts augmenter et ce sont deux millions de contribuables nouveaux qui vont payer l'impôt sur le revenu.

Prendre dans la poche du peuple...

Effet boule de neige, ces dernières familles perdront, maintenant, toute une série d'aides qui contribuaient à les maintenir la tête hors de l'eau. A cela s'ajoute, la suppression pour deux millions de personnes seules ayant élevé un enfant d'une demi-part, un nouveau rabotage du quotient familial, la suppression de la réduction d'impôt pour enfants scolarisés dans le secondaire et dans le supérieur, l’augmentation des cotisations sociales et l’alourdissement du poids de la fiscalité locale. Et le 1er janvier, la TVA, cet impôt particulièrement injuste, passera de 19,6 à 20% et sur le taux intermédiaire de 7 à 10%

.. pour donner aux riches...

Les entreprises auront reçu cette année 55 milliards d’aides publiques. Soit 20 milliards au titre du Crédit Impôt Compétitivité Emploi, 5 milliards au titre du Crédit Impôt Recherche et 30 milliards au titre des exonérations de cotisations sociales, que l’État réinjecte dans les comptes de la sécurité sociale en puissant dans ses recettes propres. Et au budget 2014, aucun impôt supplémentaire n’est prévu pour les entreprises.

Si on y ajoute les 50 milliards versés par l’État au titre du remboursement des intérêts de la dette, soit l’équivalent du budget de l’éducation nationale, on atteint un montant de plus de 100 milliards, soit 1/3 des recettes fiscales directement versées dans la poche des actionnaires et autres prédateurs financiers.

.. c'est Robin des Bois à l'envers !

Le trop d’impôt, thème cher à la droite et au patronat, repris par le Medef et les plus fortunés qui hurlent à la spoliation fiscale, c'est de l’intox. Et en plus, c'est inefficace contre la crise. Ce qu'il faut baisser d'urgence, c'est le coût du capital, c'est à dire la ponction des profits et de la finance sur notre avenir.

Alors l’impôt c’est quoi ?

L’impôt se présente sous deux formes : des prélèvements directs et des prélèvements indirects. Chacun de ces prélèvements repose sur une base propre, qu’on appelle assiette. Il s’agit de la consommation pour les impôts indirects dénommés taxes (TVA, TICPE ex TIPP, etc.). Quant à l’assiette des impôts directs, elle est constituée par le revenu qu’il soit du travail, du capital, voire de la fortune et qu’il concerne des personnes ou des entreprises. S’agissant de la fiscalité locale, elle est à mi chemin entre ces deux formes de représentation de l’impôt.

Quelle égalité devant l’impôt ?

Chaque personne, qu’elle soit une personne physique ou une personne morale (sociétés et entreprises) est soumise à l’impôt. Son calcul s’effectue en appliquant pour les taxes un taux unique dit proportionnel qui s’applique indifféremment du revenu de chacun et un barème à taux progressifs tenant compte du revenu de chacun, pour les impôts directs. L’impôt sur les sociétés, impôt direct à taux unique fait exception à ce principe. Quant aux impôts directs locaux, (taxe foncière ou d’habitation) leur calcul repose sur une base indiciaire, montant censé représenter la valeur des biens imposés.

Une réforme fiscale, pour mieux répartir la richesse et orienter sa production

Une réforme fiscale est impérative pour combattre les inégalités, pénaliser la croissance financière des capitaux, les délocalisations. Et à contrario, encourager les comportements favorables à la croissance de l'emploi et des richesses réelles. Redistribuer et impulser un nouveau mode de production des richesses, tel est le sens d’une réforme fiscale, levier d’une relance ayant en son cœur la refonte du système bancaire et de la politique du crédit. Elle s’appuierait sur les mesures suivantes:

  • ►un impôt sur le revenu de type universel à taux et au nombre de tranches relevés ;
  • ►un impôt sur les sociétés progressif et modulé selon l’affectation des bénéfices.
  • ►un nouvel impôt territorial (Taxe professionnelle) assis sur le capital des entreprises, taxant leurs placements financiers 
  • ►un Impôt Sur la Fortune au barème progressif rehaussé, intégrant les biens professionnels modulés en fonction des efforts consentis en matière d’emplois et de formation.
  • ►Un recul de la pression fiscale sur la consommation (TVA, TICPE actuellement 60% des recettes fiscales)
  • ►Une réforme de la fiscalité directe locale passant par une véritable révision des bases d’imposition et le plafonnement de la taxe d’habitation.
Alors non, il n'y a pas trop d'impôts. Ils sont répartis injustement. Pour plaire au Medef et à Bruxelles, le gouvernement épargne les puissants, taxe les salariés et les familles, taille dans les services et les dépenses publics utiles aux pays et aux habitant-es. Bien loin d'ouvrir une issue à la crise, il enfonce le peuple dans les difficultés. On attendait autre chose d'un gouvernement de gauche !

 

Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 17:14

COMMUNIQUE DE PRESSE

Photo : Suppressions d’emplois à Alcatel-Lucent, vente du site d’Ormes : des décisions injustifiées ! Communiqué de presse du Mardi 8 Octobre 2013 Alcatel-Lucent, dans son plan présenté ce mardi aux représentants du personnel, entend réduire ses coûts fixes de plus de 15% d'ici à 2015. Pour y arriver, Alcatel-Lucent a donc annoncé la suppression de 10000 postes nets dans le monde, dont 900 en France soit 10% de ses effectifs et 900 autres seront touchés, soit par le biais de mutations en raison de fermetures de sites, soit par l’externalisation de certains postes comme dans les services informatiques. Deux sites devraient fermer rapidement et l’équipementier télécoms a l’intention de vendre plusieurs de ses usines à l’horizon 2015 dont celle basée à Ormes. Ces suppressions de postes viennent s'ajouter aux 5000 déjà prévues dans le monde dans un précédent «plan d'amélioration de la performance pour l'année 2013». Ce nouveau plan est justifié par la direction comme la seule solution afin de redresser la situation financière du groupe. Pourtant, 5 plans sociaux ont déjà eu lieu depuis 2006 (20 000 suppressions d’emplois dans le monde en 2006, 12 500 en 2007, 4000 en 2008, 1000 en 2009 ainsi que des suppressions d’emplois supplémentaires en 2009-2010) et pourtant, aucun plan de licenciement n’a abouti au redressement financier du groupe. Ces nouvelles suppressions d’emplois ont pour unique but que de rassurer les marchés financiers, pour preuve, dès l’annonce d’un nouveau plan de licenciements, l’action du groupe était en hausse à la Bourse de Paris. Une fois de plus les salariés sont considérés uniquement comme une simple variable d’ajustement Alors qu’est-ce qui ne va pas ? Pourquoi le groupe rencontre des difficultés financières alors que le marché des télécoms est économiquement sain comme le montrent les 5 milliards d’euros de dividendes versées par les trois grands opérateurs français à leurs actionnaires ? Les marchés financiers, l’appétit des actionnaires… il est peut-être là le problème. Ce nouveau plan de destruction de l’emploi, rappelle l’urgence d’une loi interdisant à une entreprise qui distribue des dividendes, des stock-options ou rachète des actions de licencier. Il rappelle également l’importance d’accorder de nouveaux droits aux salariés et à leurs représentants leur permettant d’agir sur la gestion de leur entreprise (droit de véto des comités d’entreprise pour s’opposer aux plans de licenciements et faire examiner des solutions alternatives, représentation des élus du personnel dans les conseils d’administration avec voix délibérative sur les choix stratégiques de l’entreprise). Les parlementaires communistes et du Front de gauche ont avancé des propositions en ce sens. Les licenciements peuvent être empêchés, le gouvernement et l’ensemble des ministres concernés doivent agir rapidement ! Mathieu Gallois Secrétaire départemental du PCF 45Alcatel-Lucent, dans son plan présenté ce mardi aux représentants du personnel, entend réduire ses coûts fixes de plus de 15% d'ici à 2015.

Pour y arriver, Alcatel-Lucent a donc annoncé la suppression de 10000 postes nets dans le monde, dont 900 en France soit 10% de ses effectifs et 900 autres seront touchés, soit par le biais de mutations en raison de fermetures de sites, soit par l’externalisation de certains postes comme dans les services informatiques.

Deux sites devraient fermer rapidement et l’équipementier télécoms a l’intention de vendre plusieurs de ses usines à l’horizon 2015 dont celle basée à Ormes.

Ces suppressions de postes viennent s'ajouter aux 5000 déjà prévues dans le monde dans un précédent «plan d'amélioration de la performance pour l'année 2013».

Ce nouveau plan est justifié par la direction comme la seule solution afin de redresser la situation financière du groupe. Pourtant, 5 plans sociaux ont déjà eu lieu depuis 2006 (20 000 suppressions d’emplois dans le monde en 2006, 12 500 en 2007, 4000 en 2008, 1000 en 2009 ainsi que des suppressions d’emplois supplémentaires en 2009-2010) et pourtant, aucun plan de licenciement n’a abouti au redressement financier du groupe.

Ces nouvelles suppressions d’emplois ont pour unique but que de rassurer les marchés financiers, pour preuve, dès l’annonce d’un nouveau plan de licenciements, l’action du groupe était en hausse à la Bourse de Paris. Une fois de plus les salariés sont considérés uniquement comme une simple variable d’ajustement

Alors qu’est-ce qui ne va pas ? Pourquoi le groupe rencontre des difficultés financières alors que le marché des télécoms est économiquement sain comme le montrent les 5 milliards d’euros de dividendes versées par les trois grands opérateurs français à leurs actionnaires ?

Les marchés financiers, l’appétit des actionnaires… il est peut-être là le problème.

Ce nouveau plan de destruction de l’emploi, rappelle l’urgence d’une loi interdisant à une entreprise qui distribue des dividendes, des stock-options ou rachète des actions de licencier. Il rappelle également l’importance d’accorder de nouveaux droits aux salariés et à leurs représentants leur permettant d’agir sur la gestion de leur entreprise (droit de véto des comités d’entreprise pour s’opposer aux plans de licenciements et faire examiner des solutions alternatives, représentation des élus du personnel dans les conseils d’administration avec voix délibérative sur les choix stratégiques de l’entreprise). Les parlementaires communistes et du Front de gauche ont avancé des propositions en ce sens.

Les licenciements peuvent être empêchés, le gouvernement et l’ensemble des ministres concernés doivent agir rapidement !

Mathieu Gallois

Secrétaire départemental du PCF 45

Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 16:11

Pour pouvoir voter en 2014, les citoyens français et de l’Union européenne doivent être inscrits sur les listes électorales. La date limite d’inscription est fixée au 31 décembre 2013.

L’inscription est automatique pour les jeunes de 18 ans. En dehors de cette situation, l’inscription sur les listes fait l’objet d’une démarche volontaire (à effectuer au plus tôt).

L’inscription sur les listes électorales est possible selon 3 modalités :

  • soit en se rendant à la mairie avec les pièces exigées (formulaire d’inscription, pièce d’identité et justificatif de domicile),
  • soit par courrier en envoyant à la mairie le formulaire d’inscription, une photocopie d’une pièce d’identité et d’un justificatif de domicile,
  • soit par internet, dans certaines communes (Saran en fait partie), en utilisant le téléservice proposé par mon.service-public.fr.

À noter : les citoyens de l’UE sont dans l’obligation d’utiliser des formulaires spécifiques :

En 2014, les élections municipales se dérouleront les dimanches 23 et 30 mars et les élections européennes au mois de mai.


Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article

Articles Récents