Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des communistes de Saran
  • Le blog des communistes de Saran
  • : Blog de la section du PCF de Saran (45)
  • Contact

Ancienne version du site

Pour accéder à l'ancienne version du site PCF Saran et pouvoir ainsi consulter toutes les archives, cliquez sur le lien suivant :

Ancien site PCF SARAN

Recherche

19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 17:19
La ministre du travail Myriam El Khomri vient d'annoncer qu'il n'y aurait pas de coup de pouce pour le smic en 2017. Cette décision du gouvernement est lamentable. L'indifférence du quinquennat Hollande à l'égard des salarié-e-s les plus modestes est indigne d'un gouvernement de gauche. Les coups de pouce aux grands patrons se sont multipliés comme en témoigne les 41 milliards d'euros du CICE qui, loin d'avoir le moindre effet positif sur l'emploi, viennent nourrir les dividendes records versés aux actionnaires, les retraites-chapeau et autres parachutes dorés.
 
Le PCF propose une augmentation immédiate de 23% du SMIC pour le porter à 1400 euros net environ et une progression visant 1700 euros net à la fin du prochain quinquennat. Indissociablement, les salaires de chaque premier niveau des grilles de classification des différentes branches doivent être également augmentés.
 
Nul doute qu'un gouvernement de gauche déterminé à combattre la finance pourrait se donner les moyens d'une telle politique. Rappelons que l'évasion fiscale fait perdre chaque année à la France près de 80 milliards d'euros de recettes.

 

Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 16:56

Découvrez le numéro de décembre d'Echanges, le journal des communistes de Saran en cours de distribution dans toutes les boîtes aux lettres de la ville et devant les entreprises

Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 16:49
Plan Local d'Urbanisme, Zone Agricole Protégée de la Fassière, voeu pour un droit d'opposition des communes à tout projet imposé par Orléans Métropole : juste avant le passage en communauté urbaine et le transfert contraint de la compétence aménagement au 1er janvier 2017, le conseil municipal a adopté ce 16 décembre plusieurs délibérations destinées à permettre aux citoyens et aux élus saranais de continuer à maitriser les destinées de notre ville.
 
Au terme de près de 4 années de réunions, d'expositions, de visites sur le terrain et d'enquête publique, associant élus et citoyens, le conseil municipal a approuvé le Plan Local d'Urbanisme. Celui-ci se substitue désormais au Plan d'Occupation des Sols (POS) et devient le principal document de planification en matière d'urbanisme au niveau communal. Le vote de ce PLU communal devait intervenir avant la fin de l'année puisqu''à partir du 1er janvier prochain, la compétence aménagement sera du ressort d'Orléans Métropole dont le futur PLUI (PLU Intercommunal) devra tenir compte des prescriptions de notre ville. Les conseillers municipaux de droite, qui ont été absents du long processus d'élaboration du PLU, n'ont pu appréhender tous les enjeux de ce Plan et se sont bornés à voter contre celui-ci dans une logique politicienne d'allégeance à la majorité de droite qui dirige l'agglomération.
 
Dans la même logique de lutte contre l'étalement urbain, de préservation de la ceinture verte et d'un développement maitrisé du territoire communal, les membres du conseil municipal ont également approuvé la proposition de créer une Zone Agricole Protégée (ZAP) dans le secteur de la Fassière, au sud-ouest de Saran.
 
Enfin, le conseil municipal a adopté à l'unanimité un voeu demandant à l'éxécutif d'Orléans Métropole de modifier "le pacte de gouvernance et de confiance", en y introduisant "une procédure permettant à une commune de s'opposer à un projet intercommunal qui serait en opposition avec les intérêts de la commune".
Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 17:43

Pour pouvoir voter, il faut être inscrit-e sur les listes électorales de votre commune.

Vous pouvez le faire selon trois modalités :
- En vous rendant à l’accueil central de votre mairie avant le 31/12/2016 avec les documents nécessaires (carte nationale d’identité ou passeport et un document de moins de trois mois prouvant que vous êtes bien domicilié dans la commune ou y résidez depuis au moins six mois)
- Il est également possible de s’inscrire par courrier en adressant à votre mairie le formulaire agréé CERFA N°12669 disponible sur le site du ministère de l’Intérieur www.interieur.gouv.fr/Elections ou le site www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/N47
- En utilisant le service proposé par le site mon service public.fr et en suivant la procédure indiquée
 
Pour les classes populaires et moyennes la crise est une réalité quotidienne. Le chômage comme les inégalités explosent alors même que les profits des actionnaires et les salaires des grands patrons s'envolent. Les renoncements et les lois de régression sociale votées sous le quinquennat de François Hollande n'ont fait qu'aggraver la situation et ouvert la voie au retour d'une droite ultra-réactionnaire. Il est plus que temps de changer la donne. En 2017, nous avons l'avenir de la France entre nos mains !
 
La droite tape dur !
 
La droite a dorénavant son candidat : François Fillon. Son programme, mélange d'ultra-libéralisme et d'ultra conservatisme, est d'une rare violence. Complaisant avec les plus aisés, le patronat et le monde de la finance, François Fillon s'attaque sans vergogne à nos droits sociaux, à notre pouvoir d'achat et aux plus fragilisés d'entre nous : Moins 500 000 fonctionnaires, fin des 35 heures, recul de l'âge de départ à la retraite, remboursement de la Sécurité sociale des seules maladies de longue durée, suppression de l'ISF...Avec François Fillon c'est la régression sociale à tous les étages !
 
Le FN nous ment
 
Pendant ce temps, le FN de Marine Le Pen continue son entreprise de manipulation. Pour lui, le problème n'est pas le banquier, c'est l'immigré. Il n'est pas du côté des salariés. Comme la droite il prône la baisse des dépenses publiques, autrement dit le recul des services publics. La France du FN est celle du repli nationaliste et de la division. Le programme de Marine Le Pen, c'est l'isolement et l’affaiblissement de notre pays. A l'image de ses amis de l'extrême droite européenne et de Donald Trump, elle représente une grave menace pour nos libertés fondamentales.
 
Pour nous, ce sera toujours l'Humain d'abord !
 
Les communistes se lancent dans la campagne avec la ferme volonté de faire émerger un grand mouvement à gauche pour une véritable politique de transformation sociale. Une autre politique est possible, celle du progrès social, du renforcement des services publics et de la démocratie. Chacun d'entre nous peut être l'acteur de ce changement en s'engageant. Nous voulons ouvrir la voie d'une nouvelle majorité populaire à gauche.
Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 16:38

Les usagers des autoroutes ne sont pas là pour satisfaire les appétits financiers du CAC 40 ! En 2005, les concessions d'autoroutes ont été totalement privatisées par un gouvernement de droite pour financer, déjà, le remboursement de la dette publique. Ce sont les groupes Eiffage, Vinci et consorts, qui ont racheté ces concessions.

 
Depuis, les péages n'ont cessé d'augmenter. Sur 100 euros de péages versés, ce sont entre 20 et 24 euros qui vont directement dans les poches des actionnaires. Et le gouvernement voudrait encore que les concessions soient prolongées !
 
Un nouveau plan autoroutier a été annoncé il y a quelques semaines. Un milliard d’investissement est prévu, financé par les usagers et les collectivités territoriales ! Les actionnaires ne mettront pas la main à la poche !
 
La Cour des Comptes et l'autorité de la concurrence n'ont de cesse de déplorer ces choix de concessions autoroutières comme nous le faisons depuis de nombreuses années. Les parlementaires communistes ont déposé à l'Assemblée nationale et au Sénat, dès 2014, une proposition de loi demandant la renationalisation des concessions d'autoroutes. Le gouvernement s’oppose toujours à cette proposition de loi et la droite, bien entendu, ne veut pas en entendre parler. Pourquoi ces refus ? Au nom de l'austérité, bien sûr, et de la dette. Certes, il faudrait dans un premier temps financer ce rachat, mais cet investissement, selon plusieurs études, serait vite rentabilisé.
 
Vaut-il mieux que l'argent des péages aille dans les portefeuilles des actionnaires ou serve à financer la transition écologique, pour améliorer les transports pour tous ? Pour nous, c'est clair, l'urgence écologique et sociale impose d’autres choix. Plutôt que de donner, depuis 2012, 60 milliards de CICE pour satisfaire les exigences du Medef, le gouvernement doit investir pour les autoroutes et le développement de notre pays.
 
Pour en finir avec ce grand détournement d’argent public, nous proposons que les autoroutes, dont la construction a été financée en grande partie par les contribuables, reviennent à l’État. Une telle solution permettrait également de faire baisser des péages honteusement élevés. Tellement élevés qu'ils ont permis depuis la privatisation de réaliser plus de 20 milliards de dividendes pour ces sociétés.
 
Alors que l'on demande tous les sacrifices aux ménages, pour récupérer trois sous, il est temps que la finance paye son tribut, elle en a les moyens !
 
Il y a largement de quoi financer la gratuité des tronçons autoroutiers Saran-Olivet et Saran-La Chapelle St Mesmin. Cette gratuité profiterait à de très nombreux salariés qui l’empruntent quotidiennement mais aussi à l’ensemble des habitants en désengorgeant le franchissement de la Loire et donc réduirait les bouchons que nous connaissons tous sur les ponts aux heures de pointes. C’est donc une mesure utile économiquement et écologiquement.
 
Un nouvel échangeur à Gidy, réclamé depuis 15 ans par les élus saranais pour faire face à l’évolution du trafic à Pôle 45, devrait voir le jour. Il était temps !
 

 

Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 15:49
La France connaît une très grave crise du logement : près de 4 millions de mal-logés, 12 millions de personnes touchées par la crise du logement et plus de 100.000 personnes sont à la rue (en 2015, 498 sans-abris sont morts en France selon le collectif Les morts de la rue). On compte plus d'1,8 million de demandeurs de logement social. Se loger est devenu un luxe, la principale charge dans le budget des ménages. Pour certains d'entre eux, le logement représente plus de 50 % des dépenses dans un contexte de baisse du pouvoir d’achat, de chômage et de précarité. La précarité́ énergétique qui touche 1 foyer sur 5, l’insalubrité́, l’indignité́ des logements ou l’absence de domicile personnel ont également des conséquences très graves sur l’état de santé de centaines de milliers de personnes.
 
Le désengagement financier de l’Etat, un an après l’annonce de la création du Fonds national des aides à la pierre, se confirme. En 2016, le financement public de la construction sociale a été plus de quatre fois inférieur à la promesse de François Hollande de 2012. Déjà mal traité sous la droite, les attaques contre le logement social et les locataires se poursuivent sous François Hollande.
 
Après avoir baissé ou supprimé les APL de 80 000 familles aux loyers élevés, le gouvernement a décidé d’un nouveau projet de rabotage. Cette fois, 650 000 familles sont menacées ! Cette mesure pénalisera les personnes modestes en taxant le peu d’économies qu’elles réussissent à conserver au travers des livrets A, des livrets pour le développement durable, les livrets d’épargne populaire… Elle touchera ainsi de nombreux ménages populaires, notamment les retraités, ayant économisé durant toute leur vie de travail.
 
Nous demandons au gouvernement l’abandon de ce projet, et au contraire de revaloriser les aides au logement, d’augmenter le financement pour la construction de logements sociaux, de sanctionner plus fortement les communes qui ne respectent pas la loi SRU.
 

 
Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 15:40
En Slovénie, depuis le 17 novembre, l’eau potable est devenue un droit. Partant du principe que chacun à la droit à l’eau potable, les députés slovènes ont décidé que l’eau n’était pas une marchandise, qu’elle ne pouvait être privatisée mais au contraire que son approvisionnement devait être assuré par l’Etat via les collectivités locales, directement et de façon non-lucrative.
Le PCF et ses élus se félicitent d’une telle décision et proposent qu’en France un service public national de l’eau soit créé pour garantir ce droit essentiel et vital.
La majorité municipale de Saran a fait le choix, depuis 1947, de gérer l’eau en régie, permettant d’avoir une eau potable à un prix très modeste, des réseaux entretenus et des investissements réguliers améliorant de ce fait la qualité de l’eau au robinet pour tous.
Mais qu’en sera-t-il avec le passage en communauté urbaine et en métropole ? Il est important que l’ensemble des usagers des régies municipales dans les différentes villes de l’agglomération d’Orléans se mobilisent pour défendre ce mode de gestion qui a prouvé son efficacité au niveau de la qualité, du tarif, de la transparence et de l’indépendance des grands trusts de l’eau dont la seule ambition est de réaliser un maximum de bénéfices pour le seul profit de leurs actionnaires.
Dans cette bataille aussi donnons-nous des députés qui feront entendre l’intérêt général face à celui des multinationales !
 

 

Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
9 décembre 2016 5 09 /12 /décembre /2016 11:58

 

L’épisode majeur de pollution aux particules fines n’en finit plus à Orléans et dans son Agglo. Et malgré notre alerte de mardi dernier, toujours aucune décision n’a été prise pour tenter de faire abaisser ces taux de pollution de niveau 8 qui font courir des risques considérables sur la santé de chacun-e d’entre nous.
 
48000 morts dans notre pays seraient liés directement à la pollution, troisième cause de mortalité après l’alcool et le tabac. Qu’attendons-nous pour intervenir et prendre des mesures de santé publique à Orléans et dans son Agglo ?
 
Nous, élu-e-s PCF/FDG demandons la gratuité totale des transports publics ainsi que des parcs relais pendant toutes les durées d’épisodes graves de pollution, et pas seulement dès le niveau 8. De même pour le tronçon d’autoroute Saran/La Source, permettant de désengorger le centre ville, que soit privilégié le co-voiturage, sinon circulation alternée, livraison des magasins de centre ville par camions électriques à partir des plateformes logistiques etc...
 
Il en va de la santé de toutes et tous. Nous ne voulons pas être que des lanceurs d’alerte, mais bien des élu-e-s en prise avec la réalité du quotidien, au service de nos concitoyen-ne-s. La lutte contre les pollutions et les risques qu’elles font courir sur la santé de chacun-e d’entre nous en fait partie.
 
Dominique TRIPET
Michel RICOUD
Groupe PCF/FDG en Mairie d’Orléans.
 
Maryvonne HAUTIN, Maire de Saran,
Christian FROMENTIN, Premier adjoint à Saran,
Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
9 décembre 2016 5 09 /12 /décembre /2016 11:50
Lors de sa réunion du 17 novembre dernier, le conseil d’AgglO a voté une nouvelle hausse des tarifs qui passeront à 1,70 euros le voyage acheté dans les bus. Seuls les élus PCF-Front de Gauche (Maryvonne Hautin, Christian Fromentin, Sylvie Dubois, Michel Ricoud) s’y sont opposés. Cette décision, ne tient pas compte ni des difficultés financières d’un grand nombre de foyers de notre agglomération, ni du fait que de nombreux habitants n’habitent pas le long des lignes de tram qui disposent des distributeurs automatiques de billets.
 
L’argument avancé pour justifier cette mesure et celui de la vitesse commerciale des bus. Mais est-ce les usagers qui achètent leurs titres de transport dans les bus qui les retardent ou le vrai problème ne serait-il pas les embouteillages, notamment aux heures de pointe, dans lesquels se retrouvent bloqués les bus faute de voies réservées ?
 
Pour réduire les embouteillages, pour agir concrètement contre la pollution dont les effets sur la santé et le coût pour notre pays sont catastrophiques, les militants et élus communistes mettent en débat plusieurs propositions tarifaires pour développer les transports en commun :
 
- Mettre en place un tarif véritablement incitatif à laisser la voiture au profit des bus et tram
- Mise en place de la gratuité lors des pics de pollution
- Développer une politique tarifaire solidaire à destination des étudiants boursiers pour rattraper le retard en la matière par rapport aux agglomérations de Clermont-Ferrand ou Dijon.
 
Depuis sa suppression en 2012, les élus communistes de Saran et de l’agglomération n’ont cessé d’intervenir pour réclamer le rétablissement d’un tarif étudiant. C’est chose faite depuis le 1er juillet dernier avec la mise en place d’un abonnement TAO mensuel "étudiants et apprentis" à 21,30€, soit la moitié de l'abonnement mensuel "tout public". L'abonnement annuel s'élèvera à 182,30€, moins que l'actuel abonnement - 26 ans.
 

 

Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article
9 décembre 2016 5 09 /12 /décembre /2016 11:44
Restrictions, choix, privations sont malheureusement le quotidien d’une part importante de françaises et de français, y compris au niveau de la santé. Les difficultés financières conduisent, dans de nombreux foyers, à retarder ou renoncer à des soins, notamment dentaires, ophtalmologiques, gynécologiques ou généraux.
 
Selon une enquête menée pour le Secours Populaire Français, 36 % des Français ont des problèmes au moment de payer des actes médicaux mal remboursés par la Sécurité sociale, 64 % chez les foyers les plus modestes. Disposer d’une mutuelle santé est financièrement compliqué pour 53 % des ménages modestes, et 48 % d’entre eux n’ont pas les moyens de se procurer une alimentation saine. Il est constaté une dégradation de l’état de santé de familles, de mères seules, de jeunes, de retraités, de beaucoup d’enfants et certains salariés peinent également à se soigner.
 
La politique libérale des Gouvernements Hollande et Sarkozy, nous a conduit depuis 10 ans, à une multiplication de fermetures de services et d’Hôpitaux comme de maternités de proximité, et la démocratie en santé disparaît au profit des Agences Régionales de santé. Le travail des personnels est soumis à la loi de la rentabilité financière au mépris de la sécurité et de la qualité des soins, comme de la santé des soignants. Des déserts médicaux s’installent dans tous les territoires. Tous les établissements de santé et de psychiatrie sont attaqués via un financement insuffisant au travers de l'Ondam (objectif national de dépenses de l'assurance maladie). Idem, pour le handicap et le médico-social qui subissent de front la réduction et la précarisation des équipes engendrant des situations dramatiques et préoccupantes dans ces établissements. Dans le seul cadre de la Loi triennale de Financement de la Sécurité Sociale (LFSS) de 2016 à 2018, ce sont près de 20 000 emplois qui sont en train de disparaître et 4,I milliards d’économies sur les besoins de santé dans la vie et le travail, de retraite et de politique familiale.
 
Voici le constat scandaleux que l’on peut faire alors que notre pays n’a jamais été aussi riche. Ce n’est pas digne de la France.
 
Pourtant des solutions existent. Avec une majorité de députés communistes et Front de Gauche à l’Assemblée nationale, elles pourraient être mises en place. En voici quelques-unes d’entre elles :
 
- Généralisation de la prise en charge à 100% pour tous les soins
- Lutter contre la désertification médicale en développant des centres de santé de proximité et en supprimant le numérus clausus et les quotas de formation pour former un plus grand nombre de médecins et spécialistes. Moratoire sur les fermetures et démantèlements d’hôpitaux.
- Renforcement de la médecine du travail en liaison avec les CHSCT pour améliorer les conditions de travail
- Abrogation des lois Bachelot et Touraine.
- Création d’un pôle public du médicament
- Renforcement du financement de la sécurité sociale par la modulation des cotisations sociales patronales en fonction de l’emploi, de la qualification, des salaires. Taxer les revenus financiers.
 

 

 
Repost 0
Published by pcfsaran
commenter cet article

Articles Récents

  • France insoumise rejette la proposition de rassemblement du PCF
    COMMUNIQUE DE PRESSE Je regrette profondément le refus des dirigeants nationaux de France insoumise (Pierre Laurent) Dans un communiqué publié hier soir, le directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, Manuel Bompard, annonce la rupture unilatérale par...
  • Face à l'extrême-droite : mobilisés dans l'unité !
    Depuis plusieurs mois, l'extrême-droite multiplie les actes de violence, de haine, d'intimidation notamment dans notre département (dégradations de locaux, menaces sur les réseaux sociaux, agression de militants orléanais l’été dernier dans les rues d’Orléans,...
  • Mathieu Gallois, votre député pour vous faire respecter !
    2017, L'Humain d'Abord ! Mesdames, Messieurs, En 2017, nous avons tous ensemble le pouvoir de changer les choses. Le 23 avril nous dirons STOP à l’austérité en votant pour une politique au service du peuple. L’élection des députés le 11 juin, quel que...
  • Rapport de la Fondation Abbé-Pierre sur le logement : on attend quoi ?
    La Fondation Abbé-Pierre dévoile mardi les conclusions de son rapport sur le logement en France, portant un regard sévère les promesses non tenues du gouvernement. Premier poste de dépense des familles, première préoccupation des Français après l'emploi,...
  • Réaction suite à la défaite de Manuel Valls
    La défaite de Manuel Valls lors des primaires du PS exprime le rejet d'une politique gouvernementale coupée des attentes populaires et qui a trahi beaucoup d'électeurs de gauche. C'est aussi l'expression de l'exigence d'une gauche qui ne renonce pas à...